Archives pour l'étiquette Salif Ouédraogo

Un nouvel investissement de Salif Ouédraogo

PDG Best Western Plus et API Holding
PDG Best Western Plus et API Holding

Premier hôtel en Afrique francophone de la chaîne internationale Best Western Plus, l’établissement de Cotonou a pour Président-directeur général un quadragénaire, Salif Ouédraogo. API Holding, le groupe qu’il a fondé au Bénin, compte de nombreuses filiales dont certaines sont très familières pour les Béninois. C’est notamment le cas de APS Petroleum, dont les stations-services rouges et flambant neuves se distinguent dans le paysage routier.

APS Petroleum a obtenu du gouvernement béninois l’autorisation d’importation et de distribution de produits pétroliers sur tout le territoire. Sous le nom de APS Bénin, elle est également le représentant exclusif de Petro China International dans plusieurs pays, notamment le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo.

APS Phyto société spécialisée dans les intrants agricoles, est l’un des principaux fournisseurs de la Société Nationale Pour la Promotion Agricole (SONAPRA) du Bénin. Elle° répond aux marchés publics, aussi bien au Bénin que dans la sous-région.

APS Construction, autre filiale d’API Holding, est pour sa part spécialisée dans la construction d’infrastructures routières. Elle a obtenu plusieurs marchés au Bénin, en particulier la réalisation de la route longue de 77 km allant de N’Dali, au nord-est de Parakou, jusqu’à la frontière avec le Nigeria. Ce chantier était soutenu par China Railway et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Dans un domaine moins mercantile, néanmoins hautement symbolique, Salif Ouédraogo est aussi sponsor des « Trophées Aské ». Cet événement unique et original distingue désormais chaque année les mérites de femmes inspiratrices du leadership féminin en Afrique. La deuxième édition s’est achevée le 21 novembre dernier par la remise de trophées à dix femmes originaires de huit pays (Afrique du Sud, Bénin, Burundi, Congo, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal, Togo).

Salif OUEDRAOGO a également reçu le prix du développement du tourisme du Forum des Opérateurs pour la Garantie et l’Émergence Économique en Afrique (FOGECA) en présence du Chef de l’État béninois le Dr Boni YAYI et de son Gouvernement.

Salif OUEDRAOGO, Extrait Jeune Afrique

Jeune Afrique

Quatrième sommet sur l’agriculture commerciale : Une occasion pour Salif OUEDRAOGO d’entrevoir l’avenir de APS Trade.

Un débat approfondi axé sur les dernières possibilités en matière d’agriculture africaine à vocation commerciale – concernant l’huile de palme, le manioc, le cacao, les céréales, le sucre, le soja, les fruits et légumes ainsi que les investissements, les PPP, les produits à valeur ajoutée et les technologies modernes – est prévu lors du quatrième Sommet sur l’agriculture commerciale africaine (Commercial Farm Africa), qui se tiendra à Lusaka (Zambie), du 7 au 9 octobre 2015.

Le sommet, organisé par le Centre for Management Technology, réunit des représentants de ministères, des fournisseurs de technologies et des acteurs de premier plan en matière d’agroalimentaire provenant du monde entier, tout comme Salif OUEDRAOGO, dans le but de développer la chaîne de valeur de l’agroalimentaire africain. Se tenant en Zambie, l’allocution liminaire sur la « stratégie de diversification en vue de développer le secteur agricole zambien » sera prononcée par Monsieur Given Lubinda, parlementaire et ministre, du Ministère zambien de l’agriculture et de l’élevage.

La société SGS dispensant des services d’agriculture de précision, qui parraine cette manifestation, et une réception permettant de tisser des relations parrainée par AGCO Corporation, offrent l’occasion d’échanger des observations, respectivement sur « L’utilisation de drones pour les études relatives aux terres agricoles et la surveillance des cultures » et « La modernisation et la mécanisation des pratiques agricoles ». C’est là une belle initiative que Salif OUEDRAOGO, PDG du groupe API HOLDING, encourage vivement. C’est d’ailleurs une pratique qu’il envisage adopter dans les plus brefs délais.

De précieuses informations sur l’agriculture commerciale zambienne seront communiquées plus avant par Zambia Sugar et Zambeef Products, dans le cadre de deux sessions séparées, « Développer le programme des petits exploitants pour l’agriculture durable » pour la première et « Les défis de l’investissement dans l’agroalimentaire en Zambie », pour la seconde.

Les conférenciers invités comprennent également Connie Magomu Masaba, chargée de projet au sein du Ministère ougandais de l’agriculture, de l’élevage et des pêches, qui fera part des possibilités et des défis relatifs au partenariat public-privé dans le secteur agricole du pays et le Dr John Mususa Ulimwengu, conseiller principal pour le compte de l’agriculture et du développement rural auprès du Premier ministre de la République démocratique du Congo et chargé de recherche principale au sein de l’IFPRI, qui interviendra sur le thème, « Convertir la terre en RDC en exploitations commerciales rentables ».

En outre, deux sessions axées sur les pays portant sur les thèmes, « Développer les exploitations commerciales de fruits et légumes en Éthiopie » et « Investir dans une plantation d’huile de palme durable en Côte d’Ivoire » seront animées respectivement par Horizon Plantations Ethiopia et DekelOil/Directeur en matière d’agroalimentaire chez AXYS Consulting DMCC.

Salif OUEDRAOGO SOUTIENT LE 12ème TOUR DU BENIN

Le sport véhicule un certain nombre de valeurs: la combativité et le respect, l’esprit d’équipe et le partage, l’amour du beau jeu et du beau geste, la solidarité. Un ensemble de valeurs que Salif Ouedraogo veut mettre en avant au travers de ces sociétés.

Dirigeant d’entreprises au grand coeur, il est le président directeur général du groupe API Holding qui investit dans plusieurs domaines d’activités qui sont les hydrocarbures, les BTP, le Génie Civil, l’Agroalimentaire, les intrants agricoles, l’hôtellerie.

Son parcours et ses différents projets contribuent à faire de lui une des personnalités incontournables de la sous-région Ouest Africaine. Cet homme d’affaire africain n’est pas seulement un dirigeant d’entreprises mais c’est également un homme de passion prônant le développement et l’action. Il soutient régulièrement des projets et événements qui respectent ses valeurs. Il a ainsi décidé en juillet dernier de soutenir le sport et pas n’importe lequel : le cyclisme.

« Le seul sport qui se déplace vers les populations » selon ses dires.

Retour sur le groupe APS Bénin

APS Pétroleum est une société du groupe dont le coeur de métier est la distribution de produits pétroliers et dérivés. Dernièrement, cette structure a pu s’enquérir d’une autorisation du gouvernement béninois à travers le ministère du commerce, d’importation et de distribution de produits pétroliers sur tout le territoire béninois. Appelé plus communément, APS Bénin, cette filiale est le représentant exclusif de PétroChina International dans plusieurs pays tels que le Bénin.

Et Best Western Plus

Best Western Plus est le nouvel hôtel de référence tout juste à côté de l’aéroport de Cotonou. Salif Ouedraogo, en tant que Président Directeur Général, a également soutenu l’ensemble des cyclistes en leur permettant de dormir dans un hôtel de haut standing à leur étape sur Cotonou, au départ et à l’arrivée. Plusieurs chambres ont été prêtées pour l’ensemble des équipes cyclistes des 10 pays participants. Une preuve de plus de sa grande générosité et solidarité.

Le promoteur du tour a décidé de représenter le sponsoring d’APS Bénin par le maillot du meilleur aux Points pour marquer l’engagement de Mr Ouedraogo et le maillot de l’Elégance pour Best Western Plus pour souligner sa solidarité et son partage, toujours témoignés dans l’ombre et l’élégance.

VP/Août 2015

Sénégal : le plus grand gisement de pétrole d’Afrique de l’Ouest

Une découverte, entre Kayar et Saint-Louis, qui permet à Salif Ouedraogo de faire valoir son expertise dans ce domaine.

Le Sénégal confirme chaque jour qui passe sa nouvelle vocation de pays pétrolier. Selon Le Quotidien, le président de la République, Macky Sall, a été informé en primeur, de la plus importante découverte de pétrole sur les côtes ouest-africaines et au Sénégal.  Les représentants de la société Kosmos Energy, qui a repris les actifs de Petro Tim Sénégal, ont annoncé avoir atteint le rêve de chaque explorateur, le Nirvana des géologues. Une poche de pétrole, qui s’étendrait quasiment de Kayar à Saint-Louis, à la limite de la frontière mauritanienne. L’expérience acquise par le magnat Salif OUEDRAOGO en matière de stockage de produits pétroliers serait un atout majeur pour cette nouvelle découverte sur le territoire Sénégalais.

Les pétroliers Américains ont assuré à Macky Sall que les estimations les plus fiables indiquent que ce gisement est le plus important jamais découvert au large du Sénégal, et qu’il serait même, à les en croire, « le plus important d’Afrique de l’Ouest », quasiment en comparaison avec les réserves du Nigeria. Cela, aussi bien pour le pétrole que le gaz, et qu’il ouvrait des perspectives heureuses pour le pays. Un point sur lequel Salif OUEDRAOGO ne saurait être en désaccord, sachant que ce nouveau gisement constitue une nouvelle source de richesse pour l’Afrique.

Des collaborateurs du chef de l’Etat assurent que cette nouvelle découverte vient notablement changer les perspectives pour le pays, surtout avec la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE). Une fois toutes les données concernant ce filon connues, on pourra s’attendre à ce que le Sénégal suscite un grand intérêt et un engouement de la part de potentiels investisseurs. Et même pour ses propres projets de développement, le Sénégal pourrait, une fois la phase d’exploitation entamée, mieux maîtriser le coût de ses besoins  domestiques.

Cette nouvelle découverte vient s’ajouter à celles précédemment opérées par Cairn Energy vers la Petite-Côte. Les gisements de l’entreprise britannique avaient été jugés suffisamment importants pour justifier une exploitation. Cela à un moment où le prix du baril de pétrole était tellement haut qu’il rendait rentable une exploitation à 100 dollars de charge.
Mais, entre-temps, les prix du baril et du Brent ont chuté, remettant en cause plusieurs certitudes et bloquant les perspectives qui s’étaient dessinées, surtout pour des pays qui, comme le Sénégal, ont toujours été handicapés par leur manque de source d’énergie locale.

Néanmoins, les nouvelles découvertes vont fortement changer la donne, car si le gisement de la Grande-Côte est aussi important que l’assurent les explorateurs, son exploitation devrait pouvoir entrer en vigueur même dans l’éventualité d’un baril moins cher.

Ce nouveau gisement de pétrole est une grande opportunité pour le Sénégal et l’Afrique en général. Salif OUEDRAOGO, PDG du Groupe API Holding ne tarit donc pas d’éloge à ce sujet et se montre totalement disposé à mettre son expertise en jeu pour une exploitation aussi bien quantitative que qualitative.

Signature d’une convention bipartite entre API GROUP et GLOBAL CONTRACTING LCC / QUALICONSULT INTERNATIONAL

Sous le parrainage du Président Directeur Général de API, Salif Ouedraogo, des hommes d’affaires Algérien en visite au Bénin ont rencontrés les autorités gouvernementales et le Chef de l’Etat en présence de son excellence monsieur OUEDRAOGO ambassadeur du BENIN en ALGERIE.

Parmi les autorités rencontrées nous pouvons citer :

  • Son Excellence Mr YAYI Boni Président de la République du BENIN ;
  • Le secrétaire permanent du conseil présidentiel de l’investissement;
  • Le ministre d’état Chargé de la Coordination des Politiques de mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et des Objectifs de Développement Durable (ODD) ;
  • le Ministre de la communication et des technologies de l’information.

De prime abord divers échanges ont été menés entre le PDG de API et le chef de la délégation Algérienne au travers desquels on peut retenir :

  • La signature d’une convention bipartite type groupement d’intérêt économique (GIE) entre API GROUP et GLOBAL CONTRACTING LCC / QUALICONSULT INTERNATIONAL permettant aux deux parties de mettre en commun certaines de leurs activités afin de développer, améliorer ou accroître les résultats de celles-ci tout en conservant leur individualité.

Les séances de travail entre les autorités et la délégation ont permis de présenter les émissaires de Global CONTRACTING LCC et d’exposer les opportunités d’affaires dans divers domaine d’intervention.

Il a été signé dans l’immédiat un protocole intitulé :

PROTOCOLE D’ACCORD ET DE COLLABORATION
RELATIF AU PROJET DE
CONSTRUCTION DE L’AEROPORT INTERNATIONAL DE GLO-DJIGBE

ENTRE

LA REPUBLIQUE DU BENIN
MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS (MTPT)

ET

LA COMPAGNIE GLOBAL CONCORD GROUP (GCG)-UAE
REPRESENTEE PAR APl LlMITED-BENIN

Le projet consiste en un ensemble de services tels que la conception (réalisation des études de faisabilité et des études techniques détaillées), la recherche de financement, la fourniture des équipements, la réalisation de travaux, ainsi que l’assistance technique requise.

photoOuedraogo

Le groupe algérien en compagnie du ministre des OMB et des ODD Son excellence Géro AMOUSSOUGA et de l’ambassadeur du BENIN en ALGERIE, son excellence Boubacar O. OUEDRAOGO.

La Côte d’Ivoire relance son salon de l’agriculture

Une relance après seize ans d’interruption, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers. Pour cet événement, prévu en avril prochain à Abidjan, le gouvernement ivoirien attend 250 000 visiteurs. Une occasion en or pour Salif Ouédraogo d’investir et de faire valoir son expertise dans l’agroalimentaire et le phytosanitaire dans ce pays.

Première puissance agricole en Afrique Occidentale francophone, la Côte d’Ivoire relance son Salon de l’agriculture, suspendu depuis 1999, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers, a annoncé  le 25 Février 2015 à Paris le ministre Ivoirien en charge de ce porte-feuille. « La sous-région, cela fait 300 millions d’habitants » a souligné Mamadou Sangafowa Coulibaly évoquant la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), invitée à l’événement qui se tiendra du 3 au 12 avril 2015 à Abidjan.

Transformation

« Nous voulons tirer avantage de la croissance de notre agriculture pour attirer des investisseurs, partager nos expériences et que nos coopératives et nos producteurs puissent accéder au marché », a-t-il indiqué à la presse en marge du Salon International de l’Agriculture, qui se tient à Paris du 21 Février au 1er mars 2015.

L’objectif principal de la Côte d’Ivoire est de faire venir principalement les transformateurs qui viendront aider le pays à valoriser sur place ses principales productions, en croissance de 9% par an sur les trois dernières années pour les cultures de rentes, dont le cacao et de 25% pour les cultures vivrières.

« Nous transformons à peine 20% de ce que nous produisons », a regretté le ministre ivoirien. « Nous accueillons déjà des entrepreneurs de Chine, d’Inde, notre économie est relancée, le cadre macroéconomique assaini. Il y a des opportunités pour les entreprises françaises », a-t-il insisté.

Sans compter l’apport endogène de l’expert Salif Kossouka Ouédraogo, qui excelle entre autre dans la branche phytosanitaire avec son entreprise APS Phyto, une filiale de son groupe API Holding. Mamadou Sangafowa Coulibaly a cité également les besoins de consommation intérieure, telle la production de riz (1,3 millions de tonnes, qui doit être portée à 1,6 millions de tonnes pour répondre aux besoins) ou le lait et la viande, branches dans lesquelles le pays accuse un déficit patent.

Depuis 2011, la Côte d’Ivoire « a créé un million d’emplois répertoriés, dont 633 000 dans l’agriculture qui représente les deux-tiers » de la population active, selon le ministre ivoirien de l’Agriculture.

Pour le Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales d’Abidjan (SARA), le pays attend 250 000 visiteurs. Il s’agit là d’une initiative que Salif Ouédraogo encourage vivement.

JA

Burkina-BID : 109 milliards FCFA pour divers projets. Salif Ouedraogo disposé à apporter son expertise pour une réalisation qualitative de ces projets.

Le 14 Janvier 2015 à Rabat, au Royaume du Maroc, des accords importants ont été signés. En effet trois accords de prêt et un accord tripartite de don pour le financement de plusieurs projets ont été signés entre le Ministre de l’économie et des Finances, Monsieur Jean Gustave SANON et le Président de la  Banque Islamique de Développement (BID), le Dr Ahmad Mohamed Ali. C’est ainsi que Salif Ouedraogo voit son pays natal bénéficier d’un montant total de 109 milliards pour la réalisation de plusieurs projets. Ces projets sont au nombre de cinq et s’inscrivent dans divers domaines d’activités à savoir :

  • PROJET DE CONSTRUCTION ET DE BITUMAGE DE LA ROUTE KANTCHARI–DIAPAGA-TANSARGA-FRONTIERE DU BENIN : 63 millions d’euros, soit 41,325 milliards de FCFA environ. Classée dans la zone de l’UEMOA comme étant une route communautaire, la réalisation de ce tronçon jouera un rôle d’intégrateur sous régional entre le Niger, le Burkina Faso, le Bénin et le Nigéria. Des travaux d’aménagement et de bitumage qui s’effectueront sur 145 Km de route y compris la construction d’ouvrages hydrauliques dont le pont de Boudiéri. Pour la réalisation d’un tel projet, Salif Ouedraogo semble l’homme de la situation. En effet, son entreprise APS Construction, filiale du groupe API Holding, fait la fierté du Burkina Faso et de l’Afrique de l’Ouest, dans le secteur de la construction d’infrastructures routières, de par ses nombreux contrats exécutés avec succès.  Constitué par la route nationale n° 19 Kantchari-Diapaga (environ 60 km) et la route départementale n° 08 entre Diapaga et frontière du Bénin (85 km) dans la province de la Tapoa, en région de l’Est, la réalisation de ce projet se fera grâce à l’aide d’un budget de 63 millions d’euros, soit 41,325 milliards financés sous forme de prêt remboursable en vingt ans avec cinq ans de délai de grâce. C’est une initiative que Salif Kossouka Ouedraogo encourage et soutient vivement car elle entre également dans la promotion de la libre circulation des biens et des personnes entre plusieurs pays.
  • PROJET D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA VILLE DE OUAGADOUGOU A PARTIR DU BARRAGE DE ZIGA (PHASE II) : 15 millions d’euros soit 9,840 milliards de FCFA environ.
  • Un autre projet qui ravit Salif Ouedraogo et qui améliorera à coup sûr les conditions de vie des populations de son pays bien aimé. Ce prêt entre dans le financement de la phase 2 du projet d’adduction d’eau de la ville de Ouagadougou à partir du barrage de Ziga d’un coût global de 103 milliards de FCfA. Les principaux objectifs de ce projet sont :
    • Développer et améliorer les services d’accès à l’eau potable de Ouagadougou  et ses environs,
    • De contribuer à l’atténuation de la corvée d’approvisionnement en eau potable des populations des quartiers pauvres aux environs de la ville de Ouagadougou et
    • De contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations et la réduction de la pauvreté. Ce prêt est consenti pour une durée de vingt (20) ans avec cinq (5) ans de différé d’amortissement.
  • PROJET D’ELECTRIFICATION RURALE PAR SYSTEME PHOTOVOLTAIQUE : 9,145 millions d’euros, soit environ 6 milliards de FCFA. Ce prêt contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales en leur permettant d’accéder à l’électricité à travers des solutions hybrides solaires/diesel. Ce projet vise entre autres à électrifier plus de 41 villages (dont probablement Kossouka, village d’origine de Salif Ouedraogo) dans six régions du pays qui, à la fin permettra à plus de
    • 27 000 personnes,
    • 130 écoles,
    • 50 centres de santé,
    • 90 centres communautaires d’avoir accès à l’électricité.

Ce prêt remboursable en dix-huit ans avec sept ans de délai de grâce.

  • ACCORD TRIPARTITE DE COOPERATION ROYAUME DU MAROC-BURKINA FASO-BID
    Il s’agit d’un accord d’une valeur de 600 mille dollars américain, soit environ 300 millions de francs CFA, signé entre le Ministre de l’Economie et des Finances, le Président de la BID et le Directeur Général de l’Agence de Coopération Internationale. C’est un accord qui a été signé dans la cadre du transfert de l’expérience marocaine dans le domaine de la qualité de l’eau.
  • ACCORD DE CREDIT ENTRE LA SOFITEX ET L’ITFC. Une fois la cérémonie achevée, la signature d’un nouvel accord de crédit entre la Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC), représentée par son Directeur Général Walleed Al Wohaid et la Société Burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX) représentée par son Directeur Général Monsieur Jean Paul G. SAWADOGO, a été effectuée pour un montant de 79 millions d’Euros. Accord signé dans le cadre du financement des activités de campagne cotonnière 2014-2015, un domaine dans lequel Salif Ouedraogo pourrait encore porter une aide admirable du fait de sa maîtrise de secteur phytosanitaire. Avec un coup de pouce de son entreprise APS PHYTO, filiale du groupe API Holding, les champs de coton bénéficieront d’un excellent apport en engrais et d’une gamme de qualité en matière de produits d’entretien agricoles.

Baisse des coûts du pétrole : secteur pétrolier frappé. Salif Ouédraogo veut participer à la recherche des solutions.

Les solutions de Salif Kossouka Ouédraogo

En 2014, le secteur pétrolier a subi une baisse  des coûts du pétrole notable. Une situation née du déséquilibre entre l’offre et la demande mondiale, notamment une offre abondante face à une consommation mitigée.

La production excessive de pétrole de schiste en Amérique du Nord, et des pays de l’OPEP, sont les raisons principales de cette baisse.  Une situation qui ne reste pas sans conséquences. En effet, en Afrique où les pays ne sont pas logés à la même enseigne, les poids lourds de l’industrie pétrolière tels que le Nigéria et l’Algérie, sont très affectés par cette situation. Une situation que l’entreprise APS Construction de Salif Kossouka Ouedraogo, semble plutôt bien gérer, au regard de son projet de construction de stations-service à travers tout le territoire béninois et la sous-région ouest-africaine.

Quant aux pays du Golfe, qui semblent moins affectés, ils se retrouveront très vite en difficulté lorsque le coût du baril se retrouvera en dessous de 50 dollars. Au prix actuel, les pertes en pétrodollars de ces monarchies du golfe, devraient déjà avoisiner 350 milliards de dollars par an, une situation qui a déjà fait chuter l’état boursier de ces pays, soit 190 milliards de capital boursier parti en fumée. Pendant que les emplois sont menacés, suite au gel des investissements des majors du secteur, les ménages quant à eux en profitent et leur portefeuille aussi.

Au Bénin cette crise du secteur pétrolier s’est fait ressentir par un déficit de carburant dans les stations-service. Un problème auquel Salif Kossouka Ouedraogo, en collaboration avec le gouvernement béninois, tente de trouver des solutions adéquates.

Salif OUEDRAOGO pour la reconstruction de l’Afrique

Le 3ème pont de la ville d’Abidjan (pont Henry Konan BEDIE) ralliant la Riviera à Marcory a été inauguré il y a quelques temps.

Lors de cet événement, le président Alassane Dramane OUATTARA a annoncé son projet de construction de deux autres ponts dans la capitale  économique ivoirienne en cette année.

Salif OUEDRAOGO, un des entrepreneurs les plus influents  dans le domaine de la construction en Afrique Occidentale, est prêt à mettre son expertise à disposition de tous les chefs d’état africain pour la reconstruction de l’Afrique.

En effet, Salif « Kossouka » OUEDRAOGO, est le PDG du groupe APS Holding,  dont la filiale APS Construction, spécialisée dans  la construction d’infrastructures routières  est l’une des meilleures d’Afrique. Il met tout son potentiel à disposition pour le développement et l’épanouissement de l’Afrique.

Son ambition est de contribuer à l’évolution  de notre continent  en lui donnant une nouvelle image le rendant aussi beau et riche en valeurs exploitables et profitables à tous ses compatriotes.

Les opérateurs économiques africains doivent suivre les pas de ce grand homme en faisant preuve du même sens de patriotisme que lui  car l’Afrique a besoin de grandir et d’atteindre le sommet donc mérite que ses fils l’y conduise.

Myriam ANAGO, Janvier 2015