Archives de catégorie : International

Actualité internationale Africaine

L’homme d’affaires Salif Kossouka Ouedraogo bientôt autorisé à rentrer au Burkina Faso

Après neuf ans d’exil au Bénin, le business man Salif Kossouka Ouedraogo a été autorisé à rentrer dans son pays natal.

Le 11 janvier 2017, la cour d’appel de Ouagadougou, statuant en dernier ressort, a annulé les poursuites pour « complicité de tentative d’assassinat » dont il faisait l’objet.

Ces poursuites avaient été engagées par un cadre de la British American Tobacco (BAT). BAT est une multinationale qui lui disputait le marché local de distribution du tabac.

Le businessman, qui avait repris en 2006 la minoterie des Grands Moulins du Burkina, envisage d’investir de nouveau au Burkina Faso, notamment dans les engrais.

Un nouvel investissement de Salif Ouédraogo

PDG Best Western Plus et API Holding
PDG Best Western Plus et API Holding

Premier hôtel en Afrique francophone de la chaîne internationale Best Western Plus, l’établissement de Cotonou a pour Président-directeur général un quadragénaire, Salif Ouédraogo. API Holding, le groupe qu’il a fondé au Bénin, compte de nombreuses filiales dont certaines sont très familières pour les Béninois. C’est notamment le cas de APS Petroleum, dont les stations-services rouges et flambant neuves se distinguent dans le paysage routier.

APS Petroleum a obtenu du gouvernement béninois l’autorisation d’importation et de distribution de produits pétroliers sur tout le territoire. Sous le nom de APS Bénin, elle est également le représentant exclusif de Petro China International dans plusieurs pays, notamment le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo.

APS Phyto société spécialisée dans les intrants agricoles, est l’un des principaux fournisseurs de la Société Nationale Pour la Promotion Agricole (SONAPRA) du Bénin. Elle° répond aux marchés publics, aussi bien au Bénin que dans la sous-région.

APS Construction, autre filiale d’API Holding, est pour sa part spécialisée dans la construction d’infrastructures routières. Elle a obtenu plusieurs marchés au Bénin, en particulier la réalisation de la route longue de 77 km allant de N’Dali, au nord-est de Parakou, jusqu’à la frontière avec le Nigeria. Ce chantier était soutenu par China Railway et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Dans un domaine moins mercantile, néanmoins hautement symbolique, Salif Ouédraogo est aussi sponsor des « Trophées Aské ». Cet événement unique et original distingue désormais chaque année les mérites de femmes inspiratrices du leadership féminin en Afrique. La deuxième édition s’est achevée le 21 novembre dernier par la remise de trophées à dix femmes originaires de huit pays (Afrique du Sud, Bénin, Burundi, Congo, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal, Togo).

Salif OUEDRAOGO a également reçu le prix du développement du tourisme du Forum des Opérateurs pour la Garantie et l’Émergence Économique en Afrique (FOGECA) en présence du Chef de l’État béninois le Dr Boni YAYI et de son Gouvernement.

Salif OUEDRAOGO, Extrait Jeune Afrique

Jeune Afrique

Salif Ouédraogo distingué par le Fogeca

Décoration de Salif OUEDRAOGOLa 9ème édition du Forum des opérateurs pour la garantie et l’émergence économique en Afrique (Fogeca) a reconnu mardi 24 novembre 2015 à Cotonou la combattivité de l’homme d’affaires Salif Ouédraogo. C’est un quadragénaire burkinabè qui a connu une ascension fulgurante dans le monde des affaires.

Le Burkinabè Salif Ouédraogo a reçu mardi dernier une distinction bien méritée du Fogeca à Cotonou. C’est un patron prospère qui vient d’être récompensé. Et ce n’est pas le seul évènement auquel on associe son nom ces derniers jours à Cotonou. Des sources crédibles affirment en effet que Salif Ouédraogo reste l’un des sponsors de l’édition 2015 des trophées « Aské » organisée le samedi 21 novembre dernier à la plage « Dream Beach». Ce patron n’est plus un inconnu dans les affaires en Afrique. Il a des compétences avérées, du savoir-faire, une énorme puissance de travail et une grande ouverture d’esprit. Ce sont des valeurs qui lui ont permis de créer API Holding, un groupe d’envergure international qui intervient dans la distribution et la conservation de produits pétroliers, l’extraction de produits de carrières, la construction routière, l’importation de produits agroalimentaires et la distribution de produits chimiques et phytosanitaires.

APS construction, l’une des sociétés de la Holding est spécialisée dans la construction d’infrastructures routières. Cette société a pu gagner plusieurs marchés au Bénin grâce à son professionnalisme. Avec l’appui de China Railway, elle a pu réaliser la route N’Dali/Nikki/Chicandou (frontière du Nigéria) sur 77 km. C’était également grâce au financement de la BOAD (Banque Ouest Africaine de Développement) d’un montant de 17 milliards de FCFA. APS Pétroleum est une autre société du groupe. Elle est dans la distribution de produits pétroliers et dérivés. Cette structure a obtenu du gouvernement béninois, une autorisation d’importation et de distribution de produits pétroliers sur tout le territoire national. Egalement appelée APS Bénin, cette filiale est le représentant exclusif de Pétro China International dans plusieurs pays tels que le Bénin, le Togo, le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Il y a aussi APS Trade qui est dans l’importation et l’exportation de produits agroalimentaire et Phytosanitaire.

Salif Ouédraogo, le patron de Best Western Plus

Ce patron est un touche-à-tout. On le voit aussi dans l’hôtellerie. Salif Ouédraogo est le promoteur de l’Hôtel Best Western Plus. Il est situé à 200 mètres de l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou. C’est un joyau. Les clients peuvent s’y reposer tranquillement tout en sachant qu’ils pourront prendre leur prochain vol facilement. Il se trouve dans le quartier des affaires du centre-ville. L’hôtel met l’accent sur la sécurité et le confort des clients voyageant à l’étranger.

Ce jeune entrepreneur semble nourrir de grandes ambitions pour le Benin et l’Afrique. C’est le lieu d’affirmer que le Fogeca ne s’est pas trompé dans son choix.

MM

Salif Ouedraogo rencontre le maire de Rosny-sous-bois

Ils se sont rencontrés une ou deux fois au Bénin, dans le cadre des voyages du Maire de Rosny-sous-Bois au Bénin.

Cette fois c’est monsieur Claude CAPILLON, Maire de Rosny-sous-Bois, Vice-Président de Paris-Métropole, qui accueille à son tour Sali OUEDRAOGO dans sa belle ville toute proche de Paris.

Ces premiers échanges laisseront très sûrement place bientôt à des discussions plus sérieuses.

Car, dans la perspective de la future Métropole du Grand Paris, Monsieur Salif OUEDRAOGO ne cache pas son intérêt pour les nombreux projets d’aménagement que porte Rosny-sous-Bois.

Romain DA COSTA

Directeur
Pôle Communication, Relations Publiques, Coopération Décentralisée

Signature d’une convention bipartite entre API GROUP et GLOBAL CONTRACTING LCC / QUALICONSULT INTERNATIONAL

Sous le parrainage du Président Directeur Général de API, Salif Ouedraogo, des hommes d’affaires Algérien en visite au Bénin ont rencontrés les autorités gouvernementales et le Chef de l’Etat en présence de son excellence monsieur OUEDRAOGO ambassadeur du BENIN en ALGERIE.

Parmi les autorités rencontrées nous pouvons citer :

  • Son Excellence Mr YAYI Boni Président de la République du BENIN ;
  • Le secrétaire permanent du conseil présidentiel de l’investissement;
  • Le ministre d’état Chargé de la Coordination des Politiques de mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et des Objectifs de Développement Durable (ODD) ;
  • le Ministre de la communication et des technologies de l’information.

De prime abord divers échanges ont été menés entre le PDG de API et le chef de la délégation Algérienne au travers desquels on peut retenir :

  • La signature d’une convention bipartite type groupement d’intérêt économique (GIE) entre API GROUP et GLOBAL CONTRACTING LCC / QUALICONSULT INTERNATIONAL permettant aux deux parties de mettre en commun certaines de leurs activités afin de développer, améliorer ou accroître les résultats de celles-ci tout en conservant leur individualité.

Les séances de travail entre les autorités et la délégation ont permis de présenter les émissaires de Global CONTRACTING LCC et d’exposer les opportunités d’affaires dans divers domaine d’intervention.

Il a été signé dans l’immédiat un protocole intitulé :

PROTOCOLE D’ACCORD ET DE COLLABORATION
RELATIF AU PROJET DE
CONSTRUCTION DE L’AEROPORT INTERNATIONAL DE GLO-DJIGBE

ENTRE

LA REPUBLIQUE DU BENIN
MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS (MTPT)

ET

LA COMPAGNIE GLOBAL CONCORD GROUP (GCG)-UAE
REPRESENTEE PAR APl LlMITED-BENIN

Le projet consiste en un ensemble de services tels que la conception (réalisation des études de faisabilité et des études techniques détaillées), la recherche de financement, la fourniture des équipements, la réalisation de travaux, ainsi que l’assistance technique requise.

photoOuedraogo

Le groupe algérien en compagnie du ministre des OMB et des ODD Son excellence Géro AMOUSSOUGA et de l’ambassadeur du BENIN en ALGERIE, son excellence Boubacar O. OUEDRAOGO.

Alassane Ouattara à l’ouverture du Boulevard Mohammed VI : cette route va désenclaver Anyama. Ce que Salif OUEDRAOGO applaudit.

Après plus d’un an de travail acharné, elle est désormais effective. L’ouverture de la voie express Abobo-Anyama d’une longueur de 4,5 km a été officiellement inaugurée le samedi 11 avril 2015 par le président Alassane Ouattara. Accompagné à cette occasion par le ministre marocain des affaires étrangères, le Président de la République de Côte d’Ivoire n’a pas manqué d’évoquer quelques souvenirs du 11 avril 2011, date de l’arrestation de Laurent GBAGBO après la crise postélectorale : « Nous commémorons aujourd’hui l’arrestation de l’assassin des Ivoiriens. Je profite de l’opportunité de cette date pour procéder à la mise en service de la route Abobo-Anyama. Ce jour est marqué d’une pierre blanche parce que cette route va désenclaver Anyama, d’où proviennent 55% de l’exportation de la cola, faisant de la Côte d’Ivoire le 1er producteur et exportateur mondial de cola ».

Le tronçon Abobo-Anyama a un coût de 9,8 milliards de FCFA, avec 6 milliards de FCFA de prêt de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Nous avons décidé de baptiser cette route Boulevard Mohammed VI et à travers cela, nous restons fidèles à la mémoire de nos devanciers, Félix Houphouët-Boigny et le Roi Hassan II», déclara-t-il. Cette nouvelle route ne vient qu’apporter un plus aux multiples réalisations déjà effectuées en Côte d’Ivoire, dans le domaine de la construction routière. Un homme d’affaire de la trempe de Salif OUEDRAOGO, spécialiste de ce domaine, ne peut que manifester son contentement au regard de ses multiples projets de construction pour son pays natal le Burkina Faso et pour l’Afrique de l’Ouest.

Après la coupure du ruban marquant l’ouverture officielle de ce tronçon, le Président de la République de RCI, toujours soucieux du bien-être de son peuple tout comme l’est Salif OUEDRAOGO à l’égard des employés de son groupe API HOLDING, s’est rendu dans la cité de la Cola pour procéder à l’ouverture des vannes de la nouvelle station de traitement d’eau de la commune. Il s’est par la suite rendu au lancement des travaux de la voie principale qui traverse la commune d’Anyama, depuis la gare routière jusqu’au carrefour de la route menant à Adzopé

La Côte d’Ivoire relance son salon de l’agriculture

Une relance après seize ans d’interruption, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers. Pour cet événement, prévu en avril prochain à Abidjan, le gouvernement ivoirien attend 250 000 visiteurs. Une occasion en or pour Salif Ouédraogo d’investir et de faire valoir son expertise dans l’agroalimentaire et le phytosanitaire dans ce pays.

Première puissance agricole en Afrique Occidentale francophone, la Côte d’Ivoire relance son Salon de l’agriculture, suspendu depuis 1999, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers, a annoncé  le 25 Février 2015 à Paris le ministre Ivoirien en charge de ce porte-feuille. « La sous-région, cela fait 300 millions d’habitants » a souligné Mamadou Sangafowa Coulibaly évoquant la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), invitée à l’événement qui se tiendra du 3 au 12 avril 2015 à Abidjan.

Transformation

« Nous voulons tirer avantage de la croissance de notre agriculture pour attirer des investisseurs, partager nos expériences et que nos coopératives et nos producteurs puissent accéder au marché », a-t-il indiqué à la presse en marge du Salon International de l’Agriculture, qui se tient à Paris du 21 Février au 1er mars 2015.

L’objectif principal de la Côte d’Ivoire est de faire venir principalement les transformateurs qui viendront aider le pays à valoriser sur place ses principales productions, en croissance de 9% par an sur les trois dernières années pour les cultures de rentes, dont le cacao et de 25% pour les cultures vivrières.

« Nous transformons à peine 20% de ce que nous produisons », a regretté le ministre ivoirien. « Nous accueillons déjà des entrepreneurs de Chine, d’Inde, notre économie est relancée, le cadre macroéconomique assaini. Il y a des opportunités pour les entreprises françaises », a-t-il insisté.

Sans compter l’apport endogène de l’expert Salif Kossouka Ouédraogo, qui excelle entre autre dans la branche phytosanitaire avec son entreprise APS Phyto, une filiale de son groupe API Holding. Mamadou Sangafowa Coulibaly a cité également les besoins de consommation intérieure, telle la production de riz (1,3 millions de tonnes, qui doit être portée à 1,6 millions de tonnes pour répondre aux besoins) ou le lait et la viande, branches dans lesquelles le pays accuse un déficit patent.

Depuis 2011, la Côte d’Ivoire « a créé un million d’emplois répertoriés, dont 633 000 dans l’agriculture qui représente les deux-tiers » de la population active, selon le ministre ivoirien de l’Agriculture.

Pour le Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales d’Abidjan (SARA), le pays attend 250 000 visiteurs. Il s’agit là d’une initiative que Salif Ouédraogo encourage vivement.

JA

50 000 000 $ de la BAD pour l’aménagement routier et la facilitation du commerce Ouest-Africain

La Banque Africaine de Développement (BAD) a annoncé, le 12 février 2015, avoir accordé à la Guinée des prêts d’un montant total de 50 millions de dollars destinés à financer un programme d’aménagement routier et de facilitation du commerce.

Déployé dans les pays de l’Union du fleuve Mano, ce programme porte sur le bitumage de 276 kilomètres de routes en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Libéria.

La construction et l’équipement de deux postes de contrôle côte à côte aux frontières ainsi que l’aménagement d’infrastructures sociales, telles que des écoles, des centres de santé et des gares routières sont aussi prévus dans le cadre de ce même programme.

Un projet de la trempe de Salif Ouédraogo, qui nécessitera l’expertise d’une entreprise telle que APS Construction, filiale de API Holding, groupe dont il est le président.

D’un coût de 333 millions de dollars, ce programme d’aménagement routier et de facilitation du commerce dans les pays de l’Union du fleuve Mano est financé à plus de 93 % par la BAD.  Il devrait  entraîner la création de quelque 8 000 emplois durant la période des travaux, estimée à trois ans, doper le volume des échanges commerciaux entre les trois pays et réduire les coûts d’exploitation des véhicules.

À titre d’exemple, le temps de passage aux frontières d’un camion de marchandises sera divisé par deux, passant à moins de 12 heures une fois le programme achevé, contre 24 heures aujourd’hui, un projet applaudi par Salif Ouédraogo à cause du nombre de nouveaux emplois qui seront créés durant sa mise en œuvre.

On peut penser d’autre part que l’expérience de Salif Ouédraogo  dans le domaine de la construction d’infrastructures routières avec APS Construction pourrait être d’un apport qualitatif crucial.

« La signature de ces accords de financement revêt une portée hautement symbolique », a déclaré le vice-président de la BAD chargé des opérations sectorielles, Aly Abou-Sabaa,  indiquant que la propagation de l’épidémie d’Ebola a freiné le processus de reconstruction entamé dans les pays de l’Union du fleuve Mano qui sortent à peine de deux décennies de guerre civile et accusent un important retard dans son développement.

Rappelons que L’Union du fleuve Mano comprend la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Libéria ainsi que la Sierra-Léone.

Salif Ouédraogo et le Président Kafando échangent une poignée de main

Rencontre entre Salif Ouedraogo et le Président Kafando à Cotonou le 19 janvier 2015.

C’était à l’occasion du sommet de l’UEMOA.

Le Président Kafando faisait sa première visite officielle au Bénin depuis son installation à la tête de la transition Burkinabé.

Chaleureuse poignée de main entre Salif Kossouka Ouedraogo et le Président Kafango du Burkina Faso
Chaleureuse poignée de main entre Salif Kossouka Ouedraogo et le Président Kafango du Burkina Faso