Une première usine de chocolat à Abidjan : Salif OUEDRAOGO se félicite de l’avancée du leader mondial de la production de cacao.

A Abidjan vient d’être inaugurée la toute première chocolaterie de Côte d’Ivoire. Un événement dans ce pays qui vit principalement de la récolte du cacao.

Cela peut sembler paradoxal pour le pays leader mondial de la production de cacao. Et pourtant, malgré une production record de plus de 1,7 million de tonnes de cacao en 2014, la Côte d’Ivoire n’avait pas encore une seule usine de production de chocolat sur son territoire. C’est désormais chose faite : lundi 18 mai, la première unité de production de chocolat a été inaugurée à Abidjan.

La Côte d’Ivoire attire de nouveaux investisseurs… Et c’est le Français Cémoi qui est le producteur de cette nouvelle chocolaterie. Pour son PDG, Patrick Poirrier, « l’arrivée d’une nouvelle chocolaterie chez le premier producteur mondial de cacao permettra aux planteurs ivoiriens d’accéder enfin au plaisir du chocolat. » Cémoi veut aujourd’hui « valoriser le chocolat en Côte d’Ivoire », pays qui récolte 35 % du cacao mondial. Une belle opportunité notamment pour Salif OUEDRAOGO, de tisser un partenariat de distribution à travers l’Afrique. En effet, déjà partenaire avec la firme China Co Ltd dans la distribution du produit « Sinothé »,
APS Trade pourrait constituer un bon tremplin pour la commercialisation de ce nouveau chocolat made in Africa. Des talents d’expert d’un africain au service d’une grande avancée africaine.

Faire émerger une classe moyenne

Si 6 millions d’Ivoiriens vivent de la production de cacao, ils sont pourtant que peu nombreux à pouvoir s’offrir du chocolat, importé d’Europe notamment et disponible à des prix exorbitants. L’ouverture de l’unité de production Cémoi devrait permettre de remédier à cette injustice. « Tout en étant le premier producteur mondial de cacao, on ne consommait pas beaucoup de chocolat, à vrai dire très peu, notamment du chocolat réimporté en Côte d’Ivoire », indique le ministre ivoirien du Commerce, Jean-louis Billon, qui voit dans le chocolat, ce « produit du terroir, qui se vend dans le monde entier, mais qui lui était interdit », une chance pour « l’émergence d’une classe moyenne. »

 

Une réflexion sur « Une première usine de chocolat à Abidjan : Salif OUEDRAOGO se félicite de l’avancée du leader mondial de la production de cacao. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*