Salif Ouedraogo, acteur du développement économique en Afrique

Un acteur du développement économique en Afrique

Le bruit de la mer n’empêche pas le poisson de s’endormir.

C’est ce qu’il convient de retenir lorsqu’on lit l’histoire exceptionnelle de Salif Kossouka Ouédraogo. Un jeune vendeur de piles qui, à l’âge de 38 ans, se retrouve à la tête de l’une des holdings les plus prospères d’Afrique de l’Ouest qui génère plus de 40 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires.

Salif Ouédraogo est né à Kossouka une petite ville située à environ 160 km de Ouagadougou la capitale du Burkina Faso. Une région « bénie des dieux » car plusieurs grandes figures de l’économie Burkinabè en sont originaires.

Passionné des affaires, l’histoire retiendra qu’à l’âge de 14 ans, Salif Ouédrago a très tôt pris son destin en mains. Il fut d’abord vendeur de piles, de tabacs, puis de riz. Grâce à son dynamisme dans la grande distribution, il donna le nom de son village à sa société. Le groupe Kossouka qu’il venait ainsi de créer, connut une ascension fulgurante.

Le secret de ce succès est la diversification de ses affaires.

Electricité, biens de consommation, transport etc… plus aucun secteur n’échappe au leadership de Salif Ouédraogo qui détient la représentation de groupes internationaux dans l’équipement électrique, tels qu’Areva, Afelec ou Inéo.

La société Nesko une autre filiale du Groupe Kossouka était le représentant exclusif de Nestlé (Nescafé, Maggi et Guigoz) au Burkina Faso et dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, sans oublier son implication dans le transport en commun.

Pour avoir réussi à faire démarrer l’ex-Grand Moulin du Faso avec l’appui de partenaire Français, Salif Ouédraogo a réussi là où bon nombre d’Africains avaient échoué. Un succès qui avait fait dire à Mahamadou Sako alors directeur Afrique du cabinet d’audit Deloitte, que le patron du groupe Kossouka figurait parmi les hommes d’affaires qui émergeaient dans la sous-région.

La conquête de l’Afrique de l’Ouest

Présent au Niger, au Ghana, au Mali, au Togo et en Côte d’Ivoire, monsieur Salif Ouédraogo a su diversifier ses activités en toute discrétion.

En février dernier, il a signé un contrat d’exclusivité avec un géant asiatique de l’agroalimentaire pour la distribution des produits de cette société.

Ce partenariat démarre en janvier 2015 par la commercialisation d’une variété rare de Thé Vert de Chine dans les principales villes des États membres de la CEDEAO.

Un challenge à travers lequel Salif Kossouka Ouédraogo entend opérer des innovations au niveau des conditions de vente et de consommation du Thé dans les principales villes d’Afrique de l’Ouest. Pour ce faire, le P.-D.G. de Kossuka et ses partenaires comptent mettre à la disposition des milliers de vendeurs ambulants et autres commerçants, des kiosques appropriés avec des produits de qualité.

En dehors de l’agroalimentaire, ce natif de Kossouka opère également dans les hydrocarbures et les BTP. Il a gagné le marché de la reconstruction d’une portion de la route Cotonou-Ouidah dont les travaux sont en cours actuellement.

Selon d’autres sources, Salif Ouédraogo a joué un rôle très déterminant dans l’approvisionnement des intrants agricoles pour la campagne cotonnière en cours actuellement au Bénin.

C’est-à-dire que sans tambours ni trompettes Salif Ouédraogo atteint progressivement son rêve qui est de sortir des  frontières de son Burkina Faso natal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*